Les micro-ordinateurs ont besoin de puces petites et rapides pour répondre aux tâches les plus diverses.

Les premiers micro-processeurs

Le premier microprocesseur est réalisé par T. Hoff pour la société Intel en 1970. Ce terme nouveau concernait un circuit intégré LSI capable d’assumer un traitement logique de l’information au sein d’un ordinateur. Ce premier modèle, le « 4004 », avait la forme d’une plaquette de silicium de 7 mm de côté et intégrait 2 300 transistors, soit 5 000 transistors de moyenne au cm2. Pour la première fois un composant électronique intégrait son propre programme sa propre « intelligence ».

Véritables ordinateurs par leur architecture, ils s’en différencient cependant par leur mémoire limitée et leur spécialisation dans une tâche unique. Leur évolution est très rapide dès les années 1970 avec pour logique constante « small is beautiful ».

museum lib 4004 ceramic gold

Les micro-ordinateurs et les langages de programmation

Le premier micro-ordinateur construit sur la base d’un microprocesseur et commercialisé fut le MICRAL conçu en France par André Truong et François Gernelle. Son succès réel ne dépassa pas les cercles d’une clientèle industrielle soucieuse de s’affranchir à moindre coût de l’achat d’un mini-ordinateur. Aux États-Unis, en revanche, le micro-ordinateur est immédiatement conçu pour devenir un produit grand public. L’Altair est en 1974 la première concrétisation de ce que pourrait être cet « ordinateur pour tous ». Présenté comme ayant les capacités d’un miniordinateur pour un prix dix fois moindre, il suscite un engouement exceptionnel et stimule les initiatives, qu’elles soient portées par des chercheurs, des industriels ou des « amateurs ». Connexion de périphériques improvisés, ou bien utilisation de cassette audio pour stocker les programmes, de multiples initiatives font évoluer le produit et construisent autour de lui un véritable environnement.

 

Le basic

L’initiative la plus importante est menée par Bill Gates et Paul Allen qui conçoivent un compilateur de BASIC pour l’Altair. Le premier langage de programmation pour micro était né et, au cours de l’été 1975, devenus fournisseurs de MITS, fabricant de l’Altair, les deux compères créaient la société Microsoft. Un peu plus tard, Digital Research, société fondée par Gary Kildall en 1976, réalisait le premier système d’exploitation destiné à ces machines : le CP/M. Il permit notamment l’utilisation de disquettes.

Vers l’industrialisation

Avec Apple et son Apple II en 1977, puis IBM et son PC en 1981, l’histoire du microordinateur devient véritablement une histoire industrielle qui marque tout autant le monde de la recherche que la vie quotidienne. Dès lors, le rythme s’accélère. La sortie de l’Apple Macintosh en 1984 est en cela un tournant. Interface graphique, souris et rapidement une capacité, certes rudimentaire, à se connecter en réseau avec Appletalk : les caractéristiques uniques du Macintosh changent radicalement la donne. Les bases d’une nouvelle relation à la machine sont posées. Elles deviendront un « standard » informel qui trouvera des prolongements y compris dans le développement, quelques années plus tard, du web.

IBM PC 5150 - 1981

L’évolution technique des transistors

Cette évolution des logiciels repose sur le talent des équipes mais dépend également des avancées en matière de composants. En 1985, la densité de transistors pouvait atteindre 4 millions au cm2, de telles performances nécessitant des techniques de fabrication extrêmement sophistiquées. Plus petits et plus puissants, les micro-processeurs sont devenus aussi plus rapides. Pour éviter les « embouteillages », les voies de  communication entre les transistors ont été multipliées : 4 pistes en 1970, 8 pistes dès 1972, 16 en 1980, 32 en 1982, 64 actuellement. Un milliard de micro-processeurs ont été construits en 1986. Ils étaient à 70 % de faible puissance, destinés au matériel électro-ménager. Les puces les plus perfectionnées étaient utilisées massivement dans les réseaux de télécommunications, les équipements audiovisuels ou bien encore les équipements scientifiques.
processeur 4004 intel

La loi de Moore

À partir de la fin des années 1980, en raison du développement de la micro-informatique puis plus récemment de la mobilité, les performances se sont encore accrues. La loi de Moore, du nom de l’un des cofondateurs d’Intel, prévoit que la puissance des microprocesseurs double tous les 18 mois, impliquant une nouvelle génération de puces tous les trois ans, quatre fois plus performante que la précédente. La croissance a globalement suivi ce schéma. En 1993, le micro-processeur Pentium d’Intel intégrait plus de trois millions de transistors. En 2000, le Pentium 4 était à 42 millions et en 2008, un Intel Core I7 dépassait les 700 millions de transistors…

La société Intel domine largement le marché des microprocesseurs destinés aux micro-ordinateurs. Seule la société AMD la concurrence encore en ce domaine. Le marché des semi-conducteurs ne se résume cependant pas à ce type de produit. De nombreuses sociétés fabriquent des composants pour les intégrer à leurs propres matériels comme Sony, ou bien fabriquent des produits professionnels comme la société franco-italienne ST Micro.